Vendredi 30 mars à 20h30

COMME UN CERF

En présence de la réalisatrice Élodie FERRÉ

 

Le Mois de la laïcité organisé par la Scène nationale d'Aubusson et la FOL, avec différents partenaires dont le Colbert, se poursuit.

 

 

L'un de ses temps forts interviendra vendredi 22 mars, au cinéma d'Aubusson, avec la projection du documentaire « Comme un cerf », en présence de sa réalisatrice Élodie Ferré. Deux séances sont prévues, l'une à 14 heures pour les scolaires et l'autre à 20 h 45 pour tout public.

 

Élodie Ferré a réalisé un film intimiste qui porte sur la foi, c'est en fait un double portrait, de son frère aîné et d'elle-même. La réalisation de « Comme un cerf » a pris beaucoup de temps, le tournage a débuté en 2014 pour se terminer l'an dernier.

 

Élodie Ferré s'est, en devenant adulte, éloignée de la foi catholique alors que, dans le même temps, son frère aîné, Nicomède, a choisi d'être prêtre. Tous deux sont issus d'une famille parisienne catholique. « Je me mets autant en scène que mon frère. C'est un film sur lui autant que sur moi. Lui, il est prêtre dans une église parisienne, Saint-Michel des Batignolles, depuis 2014 ».

 

La réalisatrice a poursuivi des études d'anthropologie et de sciences humaines au Canada, elle est devenue ensuite assistance réalisatrice notamment pour la télévision, elle a suivi enfin une formation à l'image à l'École des Gobelins. Son premier documentaire portait en 2015 sur des jeunes israéliens ayant émigré à Berlin.

 

 

« Je suis bien sûr marquée par mes études mais je n'ai pas un regard scientifique, j'ai besoin de poésie. La poésie est nécessaire à mon équilibre. Je me suis tournée vers le ciné-documentaire mais aussi vers la fiction. Je réalise surtout des moyens métrages ».

 

Alors la jeune femme est partie à la redécouverte de son frère, pour des interrogations et des réflexions. Tous deux ont échangé, se sont laissé aller à des confidences, ils ont ri ensemble. Ils se sont filmés. L'interrogation sur la foi apparaît au fil des séquences tournées à l'église mais pas seulement. Chacun assume sa vocation, sans être forcément si différents. L'un est attiré par Paul Claudel, l'autre par Camille Claudel. « Moi, je ne crois que ce que je vois. Lorsque mon frère est en contemplation, on est loin de ma logique ».

 

Très intriguée par son frère, elle s'est plongée dans son cadre de vie dans lequel elle l'a filmé pendant des années. « Faire ce film, m'a mise en mouvement par rapport à la foi, à l'âme. Il a éveillé ma curiosité ».

« Ce film est aussi un retour aux origines »

Elle s'attarde dans la cuisine de sa grand-mère, en compagnie de son frère, pour écouter des conseils, et interroger le mystère.

 

« Ce qui est finalement essentiel, c'est de se rappeler d'où l'on vient. Ce film, c'est aussi un retour aux origines, c'est reconnaître ses racines non pas avec un regard d'enfant mais d'adulte. Finalement, avec mes films, j'ai surtout envie d'être en contact avec les gens, de les emmener avec moi, à mes côtés ». « Comme un cerf » interroge sur la différence, sur la tolérance et bien sûr aussi sur le fait d'être croyant ou pas. Sur le Mystère.

 

Pratique. Le Colbert, vendredi 22 mars, 20 h 45 (56 minutes, plus un échange avec la réalisatrice).

                                                                                                              Journal La Montagne